Yoda

Encore une fois, nous avons assistées émerveillées à la bienveillance extraordinaire de nos chats…

Une famille abandonnée dans les décombres d’une vieille maison…une maman chat amaigrie donne naissance à deux petits…Rien pour les nourrir, étant elle-même laissée à l’abandon, elle n’a plus de lait…Nous passons par là, comprenons ce qui se passe, essayons de les attraper pour les ramener chez nous et prendre soin, nous n’arrivons à attraper un seul petit, qui en fait , vient vers nous…

Arrivées à la maison, les doutes,…Nous avions séparé un petit de sa maman….Je communique à la maman par télépathie, je lui envoie les images de son petit qui mange et qui est au chaud.

Au début, terrorisé, le petit rachitique est sauvageon, grogne et se cache à l’intérieur du canapé, nous le laissons faire; nous proposons des câlins , il aime bien; nous passons des heures à materner..Il se jette sur les croquettes et sur le thon, il a l’air si petit, difficile de lui donner un âge… On constate qu’il n’arrive pas à boire,nous décidons de lui donner le biberon, du lait maternisé pour chatons,au début difficile, puis il apprécie de plus en plus,puis il boit au bol…Les autres chats de la maison l’adoptent instantanément.

Tous viennent le lècher comme s’ils sentaient son besoin immense de protection, de maternage..Les chatons l’intègrent aussitôt dans la fratrie et jouent avec lui. Il essaie mais c’est comme si il ne savait pas jouer! Il grogne il leur fait mal, les chatons continuent pourtant..Les mamans lui proposent de l’allaiter, au début , il refuse..

Au fil des jours, il se métamorphose, il apprend à jouer, se met à ronronner, se rapproche des mamans, et tête enfin, !!! C’est notre chouchou, on l’a appelé YODA.

contes sauvages pour enfants sages/ le ptit nouveau

zinayaZINAYA

Zinaya n’a jamais envie d’être là où elle est.
Alors elle s’est entraînée à toujours imaginer être là où elle aimerait.

Aujourd’hui Zinaya est à la piscine, parce que c’est mercredi et c’est ce qui est prévu.
Mais Zinaya, elle, aujourd’hui, elle aimerait être sur un dromadaire dans le désert!

Dans un coin, elle étale sa serviette jaune de sable, sous le palmier en plastique.
Elle fait comme si elle était arrivée à une oasis, après une périlleuse traversée du désert.
Elle prend le thé avec les touaregs en leur contant son expédition avec de grands gestes .

Sa maman ne comprend pas, elle est un peu fâchée.
Elle s’approche de Zinaya et lui demande pourquoi elle ne nage pas. A-t-elle peur? A-t-elle froid?
Mais Zinaya ne l’écoute pas. Elle est une grande exploratrice du désert et les aventuriers n’ont pas de mère.
Alors sa maman s’énerve pour de bon, pour Zinaya, la tempête se lève dans le désert !
Vite il est temps de repartir !

Après deux jours passés dans sa chambre-fusée-bateau-jungle-cabane pour éviter la tempête du désert, ses parents l’emmènent à la boulangerie pour essayer de réparer, mais Zinaya, elle, dans sa tête , elle va en Chine, parce que aujourd’hui c’est vendredi et c’est ce qu’elle a envie et qu’il y a des pandas….
Elle décide d’y aller en montgolfière .
Elle s’élève si haut que ses parents deviennent plus petits qu’elle.
Sur le chemin de la boulangerie il y a Oscar qui rentre du square. Il a un grand sourire pour Zanaya mais elle, elle ne le voit pas parce que dans le ciel il n’y a personne à part elle.
Ses parents ne comprennent pas. Pourquoi ne lui as-tu pas dit bonjour ? Tu ne l’aimes pas ? Est-il méchant ?
Zinaya ne répond pas, il grêle sur sa montgolfière. Elle atterit en catastrophe au sommet d’un immense bambou. Elle salue le panda interloqué et lui raconte sa chute endiablée.
Arrivée à la boulangerie sa mère lui demande ce qui lui ferait plaisir. Mais comme pour les chaussures, les robes, les coiffures, les films au cinéma, le parfum des glaces,le nom du chien et du poisson rouge,la couleur de la chambre, l’histoire du soir et les céréales du matin, Zinaya ne répond rien et sa maman, même si c’est une maman avec des super pouvoirs de maman, elle ne sait pas ce qui ferait vraiment plaisir à Zinaya : une tarte aux fraises ou un flan ? C’est tellement différent.
Alors elle prend un pain au chocolat parce que c’est une valeur sûre, enfin elle croit .

 

Zinaya ne va plus à l’école parce que ce n’est pas un lieu où on peut être et en même temps non. Elle était toujours dérangée par des questions auxquelles elle ne répondait jamais.

Au cours de ses voyages Zinaya a visité presque tous les pays du monde et beaucoup d’étoiles, quelques galaxies et de nomreuses contrées imaginées, mais chez elle, elle ne connait pas.
Au cours de ses voyages Zinaya a rencontré presque tous les peuples du monde, beaucoup de lutins, quelques dragons et de nombreux êtres mystérieux mais sa mère, son père , son petit frère, Oscar et la boulangère, elle ne les connait pas.

Zinaya n’a jamais envie d’être là où elle est.
Zinaya ne sait pas être là où elle est.

Aujourd’hui la famille de Zinaya part en balade parce que c’est dimanche et c’est ce qui est prévu. Mais Zinaya elle, elle part en sous-marin explorer le fond de l’océan pacifique. Oh! C’est inespéré, une espèce de poisson inconnue passe devant son hublot , elle le suit entre les algues.

Zinaya s’est enfoncée dans la forêt. Sa famille est inquiète, sa mère pleure sur un rocher.Tous s’agitent en tous sens et appellent à bout de souffle la zinaya perdue.
Zinaya ondule entre les algues et les rochers à la poursuite du poisson doré .

Mais là, face à elle, des yeux en amande. Elle ne bouge plus. Son sous-marin a disparu mais elle ne coule pas.
Ses pieds sur la terre, la main sur le châtaignier, elle respire l’air de la forêt et contemple le cerf.
Zinaya est exactement là où elle voudrait être.

 

Aujourd’hui c’est mercredi et Zinaya va au square voir Oscar, ce n’est pas ce qui est prévu, tant pis pour la piscine et les touaregs, parce que maintenant Oscar c’est son ami et c’est à lui qu’elle raconte ses voyages et parfois même ils partent ensemble.
Mais Zinaya n’oublie plus de respirer l’air de là où elle est.
Et lorque son père l’appelle pour rentrer , elle l’entend et lui répond, comme tous les enfants…Encore un peu! s’il-te-plaît !

C’est dimanche , Zinaya est adulte, et aujourd’hui elle a une soudaine envie de forêt .
Son fils est comme elle un grand aventurier mais elle a lui a enseigné comment respirer l’air de là où on est. Et bien-sûr, elle lui a présenté son ami aux grands bois.
Aujourd’hui ils vont ensemble le saluer et à chaque fois que Zinaya plonge dans ses yeux ses pieds tissent un peu plus avec la terre.

Zely

Zély est éblouie
Avec ses grands yeux de grenouille ahurie
Elle contemple l’univers
qui est né, cette nuit, en elle .cropped-28059480_1946426635430445_5419514387923958925_n1.jpg
C’est grand !
C’est beau !
Zély est éblouie

Zély ne sait que faire
De cet univers qui pousse en elle
A-t-elle mangé une graine de galaxie ?
c’est immense !
c’est sublime !
Zély ne sait que faire

 

Zély se demande
Comment fait on pour explorer l’interieur de soi ?
Y a t il une formule magique?
C’est gigantesque !
C’est magnifique !
Zély se demande

Zély a peur
Soudain elle se dit que tout cela n’est pas normal.
qu’elle est peut – être malade!
C’est étrange !
C’est effrayant !
Zély a peur

Zély croit rêver
Peut- être que ce qu’elle vit n’est pas réel.
Comme quand elle rêve qu’elle perd à la marelle .
C’est vaste !
C’est mysterieux !
Zély croit rêver

Zély est en colère
Qu’est ce qui vient faire là cet univers?
Elle lui a rien demandé ! qu’il s’en aille, loin de ses pensées.
C’est encombrant!
C’est gênant!
Zély est en colère

Zély respire
Elle s’assoit sur son rocher préféré
celui d’où elle voit les algues danser.
C’est intrigant!
C’est inspirant!
Zély respire

Zély contemple
Etoiles et planètes, trous noir et comètes.
Elle aperçoit mille couleurs,nuances,brillances.
C’est grand !
C’est beau !
Zély contemple

Zély voyage
A travers cet univers
qui est né, cette nuit, en elle.
Elle découvre des choses qu’elle connait et d’autre qui la surprennent.
C’est immense !
C’est sublime !
Zély voyage

Zély s’émerveille
Il y a là, devant elle une sphère cristalline qui l’appelle.
C’est le coeur d’elle même.
Elle sent une grande douceur en elle.
C’est gigantesque !
C’est magnifique !
Zély s’émerveille

Zély regarde la rivière
Zély regarde les arbres
Zély regarde son rocher
Rien n’a bougé , mais tout a changé.

 

Zély le sait
Qu’en elle , l’univers entier danse
Et que la lumière est infinie
C’est Zély !
C’est Zély !
Zély le sait .

Le sosie du Brownie

Pour chocolater vos goûters!

IMG_5007

ingrédients:

chocolat en poudre Poulain ( 5 cuillèrées à soupe)

3 œufs d’ Eléonore ( une autre poule peut faire l’affaire mais en moins bien ; ))

farine petit épeautre ( 2 grosses cuillères à soupe)

des noix (une dizaine)

50 g de beurre

lait d’avoine

 

  1. Mettre les jaunes d’œuf avec le chocolat en poudre ( obtention d’une pâte sèche)
  2. ajouter la farine
  3. émietter les noix et les rajouter
  4. rajouter le beurre ramolli
  5. mélanger avec les mains, effriter pour garder un aspect poudre.
  6. mettre le lait d’avoine jusqu’à ce que l’Onctueux naisse dans votre bol.
  7. ajouter les blancs en neige
  8. enfourner à 150°c
  9. dès que la douce odeur vous chatouille le nez,c’est prêt! ( son cœur doit rester tendre,comme un enfant)

Maman Grizzly

 

 

 

 

in utero

Le jour pointe le bout de ton nez

Dans le creux de mon ventre

Des chatouillis des entrelacs

Des clapotis du bout des doigts

Déjà je joue avec toi

Tu me fais du pied sous la peau

Tu me fais rire je te caresse

Nous pataugeons dans la tendresse

Tu es poisson tu es oiseau

Tu es cheval au grand galop

Tu es en rêve tu es en vrai

De ma forêt l’enchantement

Tu me transformes en maman

Je berce ta maison féconde

Où tu m’accueilles et me protèges

J’y entends les murmures du monde

C’est comme un chant tu me racontes

Tu te souviens et moi j’invente

Ensemble on retisse le monde

Dans une trame toute nouvelle

Qui s’ouvrira comme une ombrelle

et fera éclore le printemps.

à Lucille,

maman Grizzly

 

 

solidarité féline

IMG_4890.jpgLa nuit où Cannelle accoucha pour la première fois, elle vint chercher de l’aide auprès de son premier cercle : elle se rapprocha de Lila ( la chatte plus âgée ) mais se trouva rejetée,Fleur ( la chienne gardienne du foyer ) sans trop de succès… puis de moi ( la maman humaine ) : je la rassurai tant que je pus , elle se rendit dans le panier qu’on avait prévu à cet effet,mais quand les douleurs s’intensifièrent, elle en sortit vivement, se colla à Maëlle ,sa gardienne, dans son lit ,et là ,leur complicité permit à Cannelle de trouver de la force. On voyait le travail s’effectuer, la naissance se préparer,et Cannelle complètement chamboulée mais totalement présente au flux métamorphique engagé.

Soudain,au dernier moment, en un bond de tigresse, elle se réfugia d’instinct dans un panier à chaussettes, et l’accouchement eut lieu .

Félicitations ! et joie !Quand je m’approchai, Cannelle se poussa délicatement et me montra fièrement ses petits.Ainsi, elle partageait avec moi et me remerciait.Je fus touchée aux larmes.

Ce printemps voilà que Cannelle devint grand-mère…la plus jeune de ses filles, Lune, s’apprêtait à mettre bas. Devant son immaturité, nous étions très inquiètes, craignant l’abandon , des chatons morts-nés ou de la difficulté pour accoucher….Et voilà que l’on assista ébahies à quelque chose d’extraordinaire …Cannelle accompagna sa fille  : elle déplaça le panier et l’emmena dans un coin de la chambre, elle y rentra avec lune , elle lécha les petits avec elle et les allaita!!!Cannelle ayant une deuxième portée en même temps que Lune, toutes deux se trouvent dans la même pièce , paniers côte-à-côte, et voilà qu’elles s’entraident, allaitant les petits  l’une  de l’autre , les surveillant si nécessaire, leur répondant quand ils appellent…Cette solidarité entre mamans me chamboule le cœur. Cet amour maternel et félin raconte à quel point les animaux sont emplis de Sagesse . Je nous le souhaite à nous, humains.

Maman Grizzly.

#5

Osciller,quelle belle déclinaison pour paraître moins penché.

Tordre l’histoire n’a pas plus de résonance que d’éplucher la vérité.

Arrête de paraître ébahi

Rabaisse ton sourcil devant l’inouï

éponge ton front de la futilité

et rapproche toi de la saison innesperée

du printemps.