l’interstice

Si t’es au fond du trou, ou enseveli sous les murs, désespéré, fatigué, exténué, las, confronté à une situation qu’on dit  » condamnée », y a forcément un infime espace quelque part, flaire le, et rends toi z’y, en imagination s’il est inaccessible, et même s’il est minus, riquiqui-bouilli, invisible, inodore, tu peux y respirer, dans l’interstice et y faire entrer ta lumière, tout petit, tout petit, tout doux, sans rien forcer, mais sens la vie présente, et , crois-moi, de cet infime interstice la vie te donne accès à l’espace infini du possible.

T’es pas tout seul.

On est toute une ribambelle.

2 Replies to “l’interstice”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s