engendré non pas créé

je mets en lumière ce passage de Nadia Vadauri Gautier , la danseuse de «  1mn par jour  » parce que je m’émerveille de cette pensée qui est le fruit d’une expérience du corps.

Car le  » sur un certain plan  » dont elle parle émerge de l’expérience engagée du corps dansant, il apparaît avec un certain état du corps, c’est le corps sensible en mouvement qui se met en jeu en tant que tel qui rend accessible ce concept, au sens immédiat du terme, cette compréhension nouvelle et en seul jet, » symphonie de résonances imperceptibles », cette unité du réel apparaît conjointement à l’engagement corporel du sujet, elle n’est pas la déduction d’un cheminement intellectuel , philosophique, abstrait, elle est un vécu concret ,dans la cellule  » nature cellulaire de notre rapport au monde « .

La danse improvisation ,le Body Mind Centuring, la danse authentique, …, toutes ces techniques qui cherchent à rendre le corps poreux , ou plutôt à conscientiser sa porosité intrinsèque, donnent à voir notre interreliance comme ontologique et viscèrale, cellulaire, aquatique, notre connexion comme un état primordial du monde réel, n’étant pas à construire ( encore moins à coup de murs, de volontés, de frontières,d ‘identités fracturées et factices ) , mais à sentir.

« Le Corps collectif est le plan de consistance, au sens deleuzien, de mes recherches. Il est à la fois le lieu de l’actualisation des puissances (s’actualisant lui-même), et celui de leur virtualisation, c’est-à-dire un foyer à partir de laquelle s’élabore la pensée. Ce n’est pas un groupe au sens clos, mais un rhizome dont chacun des éléments investit ses propres territoires, tout en maintenant avec les autres une connexion intensive. Mais le modèle deleuzo-guatarrien du rhizome ne rend compte que d’un aspect du fonctionnement du collectif. Car sur un certain plan, il n’y a même plus de réseau ni de connexions entre hétérogènes, mais simplement une symphonie de résonances imperceptibles. L’horizon éthique du collectif est de produire un art qui puisse offrir à l’expérience collective les fruits de ses investigations sensibles. La recherche se nourrit de pratiques corporelles, méditatives et somatiques (danse, yoga, Body-Mind Centering, Mouvement authentique) qui nous permettent de développer une fluidité du corps et la nature cellulaire de notre rapport au monde.« 

Nadia vadauri-Gauthier le prix de l’essence

One Reply to “engendré non pas créé”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s