modifier le champ

terre d’eau /oeuvre de laurence Delis

ce matin sur la plage, un cercle de personnes étaient dans l’eau jusqu’à la taille et battaient des bras comme une mouette en riant, un attroupement de fin de randonnée se faisaient de grandes embrassades, trois copines pieds sous le sable se racontaient des confidences en profitant du vent, les vélos, les trottinettes, les promeneurs de chiens-avec-balles-rebondissantes, bref, yadlajoie c’est là où j’habite, c’est l’effet bord de mer bien-sûr, mais pas seulement.

quelque chose de nouveau est palpable dans l’air, le champ a changé…sa texture, sa trame, …le champ des possibilités a changé, …

je peux prendre mon zafou et aller méditer face à la mer sans que personne ne s’en offusque , puis danser en faisant des trucs bizarres dans un état totalement extatique, sans aucune onde de choc, bien au contraire

il y a quelques années de cela, mon zafou et moi on était qualifiés de sectaires la plupart du temps et ça nous demandait parfois du courage pour demeurer dans notre présence pure au milieu de tous les jugements balancés sur notre zenitude…

tout ce que nous vivons conscients structure le champ

le champ des possibles dans lequel nous vivons

il est interactif

il nous conditionne et nous le cocréons

chaque fois que j’intègre dans ma vie quotidienne un petit geste inhabituel en correspondance avec le ressenti de mon âme, je modifie le champ.

Et quand je me suis baignée, je me suis amusée à me laisser mouvoir par l’eau en de micromouvements et en ressentant ce que ça me faisait et en observant l’organisation de mon corps que ça créait, et là j’ai découvert que suivant mon état émotionnel la texture de l’eau changeait. Dans un état d’amour et de paix, l’eau devient comme de l’air-lumière….

Qu’as tu fait de nouveau aujourd’hui qui a embelli la mosaîque du champ et permis de nouveaux dessins?

One Reply to “modifier le champ”


  1. Aujourd’hui les enfants , leurs rires .leurs humeurs , le pépiement de leur liberté .
    Puis la douceur d’un regard , elle ,elle qui ne voit plus beaucoup,’mimi’ .
    Nous contemplons toujours la même scène, un foisonnement de verdure qui est l’unique lieux où elle sort maintenant . Geneviève retrace sa vue avec ces mille parfums,ces ombres dansantes , elle peint à nouveau ce tableau de son sourire , sa voix qui déborde de joie .Le vent d’Octobre vient animer cette scène grandiose sauvage .
    Je la quitte sous le charme de la caresse de ces 92 années .
    Elle m’a chanté en partant ‘la tâche rouge ‘sur le chemisier qui dessine un coquelicot .
    Je viens la voir chaque mercredi ,l’après midi .C’est à nous deux ce moment.
    Départ
    Je me suis arrêtée en plein champs
    Les nuages trouant le ciel , cet après midi de leur étoffe sombre .
    Une danse est venue ,comme ça l’air de rien .
    La journée n’est pas encore finie
    Le jardinier est pas mal je trouve 😀

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s