OUI!!!Naturellement ( réponse 3 question 2)

observer ses pensées sans leur donner de poids: Tilili
Ryotan Tokuda

Dans son Shôbôgenzô Bendôwa, maître Dôgen écrivit : « Selon la tradition authentique de notre école, cette loi bouddhique, transmise directement, est suprême au suprême degré. À partir du moment où vous consultez un ami de bien, nul besoin de brûler de l’encens, de vénérer [les Bouddhas], d’invoquer [Amitâbha], de cultiver le repentir ou de lire les sûtras. Il vous suffit de vous asseoir et de dépouiller corps et esprit. » (Traduction Bernard Faure, La vision immédiate, Éditions Le Mail).

Ce célèbre passage traite de shikantaza (« il vous suffit de vous asseoir ») et de shinjin datsuraku (« et de dépouiller corps et esprit »). Le sens de shikantaza est difficile à comprendre. Taza : ta est un préfixe emphatique et za est « s’asseoir », taza signifie donc « s’asseoir fermement ». En japonais, shikan peut avoir deux sens. Le premier, qui est son acceptation usuelle, signifie « seulement ». Le deuxième, itasura en japonais, signifie « prendre le plus grand soin ». Donc shikantaza peut se paraphraser par « mettre totalement son énergie dans l’assise ».