19 avril.jpg

je suis un nom oublié

sans image et sans secret

je marche sur la terre

en oubliant de réclamer les parfums

mystère d’une ère nouvelle

on s’empare de mes chagrins

primitive comme un chemin de glace

j’absorbe les passés amers

enfouis dans un cœur profond

j’attends que la patte du chat m’éveille

inutile ride au fond du verre d’eau

on s’attarde sur mon horizon trop haut

et si un jour le dromadaire marche à l’envers

je retournerai par la rivière à ton âme ouverte.

19avril.jpg

Par l’ampleur du monde

je rêve d’un soupçon

de l’autre.

 

Comme un chant improvisé,

ou un champs de marguerittes,

mon cœur suspend

la respiration de la lune.

je veux parler à la mer

en savourant l’écume du soir.

Tout rit sous les parapluies.

Je veux goûter l’aurore

crépitante, pot de miel du ciel.

le carrousel mélange les ivresses.

je veux tourner sans cesse

à travers la terre flottante.

 

Par un soupçon du monde

je vis l’ampleur de l’autre.

IMG_4747 (1).jpgLe lilas a le pouvoir du sourire

le printemps est un enfant.

Chaque pétale de l’instant

attend ton pas pour s’ouvrir.